L'HISTOIRE NO NAME

À l’aube des années 90, presque dix ans avant le tube de Naomi Klein, No Logo, la Maison Rautureau lutte elle aussi contre la tyrannie des marques. Mais de manières singulière, maligne et perchée. Sur la base d’un constat simple, No Name fait perdre la boule à la planète sneaker.

Ici, la marque ne prime pas. Seul le produit compte. La basket No Name et sa semelle compensée, souvent imitée depuis mais jamais égalée, font gagner aux femmes 5 centimètres et encore davantage d’allure. Rapidement, la Plato Sneaker devient un hymne pour toutes celles se revendiquant de la démocratie du cool. Vingt ans plus tard, No Name n’a pas pris une ride. Mieux, la sneaker garde toujours une foulée d’avance et de hauteur sur ses poursuivantes, incapables de rivaliser avec ce condensé de simplicité. Less is more et bien plus encore en No Name.

Découvrez la collection

chaussure no name